Une isolation optimale grâce à vos châssis

Des châssis isolants

châssis bois


Que vous soyez en pleine construction de votre habitation ou que vous songiez à la rénover, il y a de fortes chances que vos châssis fassent partie des frais à prévoir. Véritables protections contre les tentatives d’effraction, ils permettent également de renforcer l’isolation thermo-acoustique, à condition d’être associés à un vitrage à haut rendement, minimum. Par ailleurs, le matériau choisi pour la fabrication de vos profilés sera déterminant en ce qui concerne leurs performances isolantes. Découvrez ci-dessous les différentes options qui s’offrent à vous.

 

Qu’est-ce que l’isolation ?

L’isolation est ce qui vous protège des éléments extérieurs tels que la chaleur, le bruit et la poussière, et vous permet un confort de vie supérieur dans tout votre logement, sans forte variation de température et sans courant d’air. Par conséquent, en plus d’améliorer votre sentiment de bien-être, une bonne isolation vous fera faire des économies d’énergie et ajoutera une plus-value à votre habitation. Sans compter qu’elle vous permettra de réduire fortement votre empreinte écologique.

 

Les différents éléments

Les fenêtres sont généralement le maillon faible d’une habitation en termes d’isolation. Découvrez les différents modèles existants ainsi que leurs niveaux de performance phonique et thermique.

Cette performance isolante est due à plusieurs éléments tels que le vitrage, qui peut être assorti d’un profil isolant afin d’absorber les bruits extérieurs, et les matériaux utilisés comme par exemple des renforts en acier.

 

La valeur U

La valeur U indique le niveau d’isolation thermique des fenêtres, et est exprimée en quantité de chaleur perdue par seconde, par mètre carré et par différence de température. Il s’agit donc de données de consommation : plus cette valeur est basse, meilleure sera votre isolation. Il en existe trois variantes : la valeur Uf (frame) qui est celle du châssis, la valeur Ug (glas) qui est celle du vitrage et enfin la valeur Uw (window) qui est celle de l’ensemble des menuiseries.

À titre d’exemple, les fenêtres des années 1980 avaient environ 3 de valeur U alors que les profilés les plus modernes atteignent généralement 1, voire moins. Cela signifie que là où, à l’époque, il fallait trois litres de mazout pour chauffer une pièce, un seul litre est aujourd’hui suffisant. À l’heure actuelle, la valeur Uw d’une fenêtre bien isolante est comprise entre 1,3 et 0,8.
 

Les vitres (Ug)

À Bruxelles et en Wallonie, le règlement PEB mentionne que la valeur U du vitrage (Ug) doit obligatoirement être inférieure ou égale à 1,1 /m2K. Le simple vitrage n’est pas très isolant, avec une valeur Ug supérieure à 5 et le double vitrage basique réduit l’écart mais reste encore insuffisant, avec une valeur U de 2,8 en moyenne. L’idéal est le double vitrage à haut rendement qui se décline en plusieurs modèles.

Le premier, le double vitrage à haut rendement de base (HR+) n’est pas optimal puisque, malgré une couche métallique isolante en plus, sa valeur Ug ne descend que jusqu'à 1,2 au mieux. C’est le double vitrage HR++ qui atteint enfin le fameux 1,1 requis grâce à sa constitution : également composé d’une simple couche métallique, le vide entre ses vitres n’est pas rempli d’air sec comme son homologue, mais de gaz rare, généralement de l’argon. Enfin, le triple vitrage à haut rendement (HR+++) comprend, lui, deux couches métalliques et c’est du krypton qui emplit les vides entre les trois vitres. La valeur Ug descend cette fois à 0,5, ce qui est idéal.
 

Les matériaux (Uf)

Le bois est le matériau qui s’utilise le plus en menuiserie en raison de sa faible conductivité thermique qui lui permet de garder naturellement la chaleur. Selon le type de bois utilisé, la valeur U oscille entre 1,3 et 0,6. Pour accroître ses performances, il peut également être traité à l’aide d’un produit de préservation, toutefois celui-ci ne le mettra pas entièrement à l’abri de l’humidité. Un entretien régulier est donc de mise, ce qui est un élément à prendre en compte lors du choix du profilé.

Matériau plastique très répandu dans le domaine de la menuiserie, le PVC est thermostatique, ce qui signifie que sa consistance peut varier en fonction de la température : durcir sous l’effet du froid, ramollir sous l’effet de la chaleur. Sa valeur U peut atteindre 0,76, ce qui est excellent en termes de confort et d’écologie. Également très facile à entretenir, son principal inconvénient réside dans son esthétique. Il s’agit d’un matériau qui s’adapte mal aux grands formats et qui ne propose que peu d’options de personnalisation. En outre, il peut devenir toxique lorsqu’il y a combustion et représente donc un danger supplémentaire en cas d’incendie.

L’aluminium est pour sa part un matériau ayant une très forte conductivité thermique, par conséquent, une isolation est introduite à l’intérieur des profilés, faisant office de barrière thermique. Attention toutefois, cette barrière n’est pas toujours suffisante pour éviter la condensation. Sa valeur U varie de 1,5 à 0,8.

Particulièrement onéreux, l’acier est extrêmement solide et résiste parfaitement au feu comme aux effractions. Par ailleurs, ce type de profilés permet un vaste choix de formes pour vos fenêtres : ronds, triangles, carrés, ogives… En revanche, il n’est pas aussi performant en termes d’isolation (valeur U oscillant entre 2,6 et 1,9).

Combinaison de plusieurs matériaux, le châssis composite permet de nombreuses possibilités d’association. Si les performances de ce type de menuiseries restent difficiles à évaluer, la logique voudrait que les avantages de chaque matériau s’additionnent.

Enfin, très résistant à la corrosion, le polyuréthane présente d’excellentes performances isolantes, tant en termes de chaleur qu’en termes d’acoustique. En revanche, il est également très sensible aux rayons UV et nécessite donc un entretien important et régulier.

 

L’indice Rw

Contrairement à la valeur U qui détermine les pertes de chaleur, l’indice Rw mesure l’affaiblissement acoustique en décibels (dB). Calculé selon une courbe de référence, il donne la performance d’un matériau dans l’atténuation du bruit.

Pour que le châssis, quel qu’il soit, puisse contribuer à la bonne isolation phonique, sa surface doit être au minimum de 30% de la surface totale de la fenêtre. En outre, sachez que le type d’ouverture de vos profilés a également un impact sur leur isolation. Ainsi, les fenêtres coulissantes sont moins performantes que les fixes et les ouvrantes.

 

Le meilleur choix

En termes d’isolation générale, tant acoustique que thermique, chaque matériau offre une très bonne isolation lorsqu’il est associé à des vitrages de qualité (double, voire triple). Si l’aluminium et le PVC ont fait leurs preuves depuis de nombreuses années en proposant une valeur U allant de 1,5 à 0,76, c’est le bois, plus lourd, qui obtient les meilleurs résultats avec une valeur U pouvant atteindre 0,6.

Pour ce qui est de l’isolation phonique, les trois modèles se valent, chacun pouvant atteindre un indice Rw de 35 dB dans le meilleur des cas.

Néanmoins, même les fenêtres les plus performantes nécessitent une pose professionnelle pour atteindre leur plein rendement. Mal posé, même un profilé haut de gamme laissera passer les bruits extérieurs.

Enfin, sachez que la région wallonne et la ville de Bruxelles distribuent toutes deux des primes aux concitoyens qui répondent à certains critères. Ainsi, en Wallonie, il s’agit d’une aide à la rénovation qui vous permet de remplacer vos menuiseries extérieures pour qu’elles soient aux normes, à moindre coût (passer au double vitrage par exemple, ou améliorer l’isolation pour que la valeur U respecte la norme PEB). Vous pouvez ainsi économiser 0,15€ par kWh gagné, un montant qui peut être multiplié par 6 en fonction de votre situation. Du côté bruxellois, vous pouvez aussi bénéficier d’une prime de remplacement de vos vitres et châssis, aide qui peut atteindre cette fois les 20€ du mètre carré, là encore selon vos revenus.